bandeau principal

Le Blogue

La COVID-19, amie ou ennemie ?

6 avril 2020
Écrit par Anya Maali
Catégorie : Réflexion

Assisterons-nous à un dénouement heureux pour nos milieux culturels et artistiques? 

« Les évènements qui ont court vont fragiliser encore plus ce milieu déjà précaire et pourtant si important pour l'ensemble de la population et de l'économie. » Cindy Larouche, L’oeil de la tempête

Culture Bas-Saint-Laurent, comme les autres conseils de la culture du Québec, mène une enquête pour documenter les  impacts dus aux mesures de prévention pour éviter la propagation de la COVID-19. Grâce aux personnes qui ont répondu à l’appel, une première compilation de résultats a pu être faite. Sur le territoire du Bas-Saint-Laurent pour la période du 14 mars au 13 avril 2020 inclusivement, 817 activités, contrats, projets ou évènements sont annulés ou reportés. Pour plus de la moitié, les pertes financières subies sont évaluées entre 2000$ à 10 000$. Pour un.e artiste dont les revenus annuels sont souvent de 20 000$ ou moins, ces pertes peuvent être déterminantes. Toutefois, les impacts rapportés vont bien au-delà des revenus. Déjà les répondant.e.s craignent les dénouements futurs. 

« La fin de l'année scolaire est le plus gros moment dans l'année pour les ateliers d'artistes. Cette période nous permet de passer l'été. Ce sera vraiment difficile cette année! » Vincent Rioux, Artiste

« L'incertitude actuelle rend impossible la réservation de publicités. Cela aura assurément un impact négatif sur la visibilité de notre évènement (que nous planifions depuis 2 ans). Les entreprises locales sont extrêmement fragilisées: elles ne sont pas réceptives à nos demandes de commandites. Cela aura un impact sur notre capacité à accueillir tous les artistes de la programmation de l'évènement, plus de 20! » Ève Simard, co-directrice du Centre d’Art de Kamouraska 

Actuellement, la plupart des artistes et des organismes culturels auront droit à des mesures de soutien mises en place par nos gouvernements, ce qui est une bonne nouvelle. Cependant, qu’arrivera-t-il une fois la crise déclenchée par la COVID-19 passée? Est-ce que nos politiques seront en mesure de s’adresser à l’autre crise, celle qui dure depuis plusieurs années ?

 RECONNAÎTRE L’IMPORTANCE DES ARTS ET DE LA CULTURE DANS NOTRE SOCIÉTÉ 

Depuis le début de la pandémie due à la COVID-19, de nouvelles directives gouvernementales confinent les personnes à leurs résidences. Dans ces moments de repli sur soi, un lot de troubles peuvent resurgir : augmentation de l’anxiété, détresse psychologique, isolement, aggravation des situations de pauvreté, etc. Toutefois, un mouvement naturel semble se produire : une partie de la population se tourne vers les arts et la culture de manière instinctive.  

Des distributeurs de films offrent gratuitement des plateformes de visionnement de cinéma d’auteurs, des artistes donnent des concerts de balcons live diffusés gratuitement, d’autres vidéos d’artistes en action se multiplient, le 1er ministre François Legault exhorte l’aide des artistes afin de convaincre les adolescent.e.s de rester à la maison et plus encore...

Le constat premier qui nous vient en tête est : « Ah mais oui, les arts et la culture sont essentiels pour permettre au monde de garder une santé d'esprit.» Le deuxième constat que nous faisons est : « Ah mais, beaucoup d’artistes parmi eux partagent leur travail gratuitement et ça semble être normal ! »

Alors, on peut se questionner. Nous aura-t-il fallu attendre une crise sanitaire mondiale pour prendre conscience que la culture et les arts sont  incontournables pour le bien-être de nos sociétés? Sommes-nous les seules à en prendre la mesure et à ne pas trouver ça normal que beaucoup d’artistes ne soient pas rémunérés ou du moins pas décemment ? 

Depuis trop longtemps, les conditions de travail des artistes et des organismes culturels sont insécurisantes et précaires. Les mesures prises pour éviter la propagation du virus (que l’on comprend tout à fait, là n’est pas le sujet) ne font qu’accentuer cette précarité et torpiller les maigres espoirs de “finir ses fins de mois”. 

On peut remercier les artistes, les travailleurs et les organismes culturels pour tout ce qu’ils nous apportent. Cependant, un merci ne vaut plus grand-chose si l’on continue d’offrir des conditions précaires à la majorité d’entre eux. Depuis toujours l’ensemble des acteurs du milieu culturel est conscient et mobilisé pour donner toute sa place aux arts et à la culture, une place de première nécessité dans nos sociétés. Va-t-on fermer les yeux sur les constats que nous sert cette crise sur un plateau d’argent? À quand une reconnaissance de l’importance du travail des artistes et des intervenant.es culturel.les dans notre société? À quand des conditions de travail conséquentes pour la totalité des acteurs du milieu? 

Un texte de : Anya Maali et Marie-Pier Morin

Si vous n’avez pas complété le questionnaire COVID-19 : Évaluation des impacts pour le milieu culturel et artistique du Bas-Saint-Laurent, cliquez ici. 

Culture Bas-Saint-Laurent continue de documenter la crise et d’autres analyses seront faites.

Annexes :

Voici quelques initiatives disponibles sur le web réalisées par les artistes du Bas-Saint-Laurent et ailleurs au Québec. 

Voici quelques liens vers des mesures d’aides pour les artistes et le milieu culturel :



Commentaires (0)

There are no comments posted here yet

Ajouter vos commentaires

Posting comment as a guest. Sign up or login to your account.
0 Characters
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Le Cron démarre