bandeau principal

Le Blogue

Savoir saisir une opportunité lorsqu'elle se présente

Cara Déry, vue de l’exposition Courtepointe urbaine au Centre d’artistes Caravansérail, 2018. Crédit photo: Nathalie Dion. Avec Nadia Gagné

4 juin 2019
Écrit par Anya Maali
Catégorie : Témoignage

Le 27 juillet 2018, j’ai posé mes pieds sur le territoire bas-laurentien pour la première fois. Ce n’était pas la seule nouveauté qui m’attendait : premier long voyage seule mais aussi première expérience professionnelle outre-Atlantique.
Arrivée tout droit de l’Ouest français, je m'apprêtais à vivre une expérience unique, mais je n’en avais pas encore conscience.

D'où cette idée est-elle venue ?
Quelques mois auparavant, j’ai eu vent d’une offre de stage en communications dans un organisme culturel québécois via l’Office franco-québécois pour la jeunesse (OFQJ), un organisme qui fait le pont entre les 18-35 ans de France et du Québec et qui favorise l’échange et le partage entre eux. Étant en recherche d’emploi dans l’événementiel culturel, l’idée de me perfectionner en communications à l’étranger me semblait être une opportunité d’enrichissement. Je ne me suis pas trompée. J’avais tellement raison, que me revoici, encore au Bas-Saint-Laurent à occuper maintenant ce poste à titre d’employée, avec un permis de travail de deux ans.

Qu’ai-je appris à travers ce stage ?
Sortir de ma zone de confort est sans doute la première leçon que j’ai apprise, qui m’a donné l’opportunité de me déployer aussi bien au niveau de mes capacités professionnelles qu’humaines. J’ai découvert une ambiance de travail exceptionnelle, une équipe d’expert.e.s, dynamiques, à l’écoute et passionné.es. La gestion horizontale du travail portée par l’organisme m’a apporté de l’autonomie, de la confiance et de la place pour me sentir à l’aise et en droit de m’affirmer.
Mais c’était aussi et avant tout une aventure humaine, faite de rencontres où j’ai été accueillie avec beaucoup de bienveillance et d’amour.

Je venais ici chercher une expérience professionnelle qui allait me faire grandir. J’ai trouvé bien plus que ça : un grand réseau de personnes qui ont largement contribué à mon épanouissement en tant que travailleuse culturelle, mais avant tout en tant que jeune femme.

Je suis maintenant résidente à Rimouski et employée à Culture Bas-Saint-Laurent. Ce stage offert par l’OFQJ a été la pierre angulaire. Je suis très heureuse d’avoir sauté le pas et d’avoir postulé à cette offre de stage.

En passant, nous sommes actuellement en recherche d'un(e) stagiaire en communications, si le coeur vous en dit , je laisse ça la.



Le Cron démarre